Choisir sa porte d’entrée

Cet article n’est pas réservé qu’à une catégorie de personnes, mais il est vrai que la cible serait davantage les propriétaires désirant investir dans une porte d’entrée qu’aux locataires désirant sécuriser leur logement. J’écris donc cet article pour vous convaincre, vous, propriétaire hésitant ou n’ayant pas vraiment d’idées dans quoi il s’embarque. Je vous préviens, ici je parle avec passion.

La porte d’entrée de votre logement n’est pas à choisir à la légère. Je n’ai pas étudié la psychologie des gens lorsqu’ils m’achètent une porte, aussi, je n’ai pas effectué d’étude comportementale quant à l’utilisation des portes d’entrées chez les individus. Ce que je peux faire en revanche c’est deux choses. Premièrement vous donner mon avis ; après tout, je suis, comme vous, un utilisateur avant d’être un professionnel. Deuxièmement ; vous partager les tendances de mes clients, qu’ils soient propriétaires occupants ou investisseurs.

Si j’avais à regrouper mon sentiment avec les tendances d’achat je vous dirais ceci :

La porte d’entrée de votre logement n’est pas n’importe quel porte, oh non ! Ce n’est pas votre porte de bureau qui vous sépare de vos collègues indiscrets pour vous donner un soupçon d’intimité au travail. La porte d’entrée de votre logement n’est pas non plus la porte de votre cuisine qui bloquerait les odeurs du steak haché 5 % de matières grasses pour ne pas parler de la porte de vos toilettes qui elle aussi joue un rôle important, mais bien différente encore une fois de la porte d’entrée de votre demeure. Votre porte d’entrée dans votre logement c’est bien plus que ça. En réalité, c’est beaucoup plus que ça.

En mon sens il y a des dizaines de façons d’aborder ce que cette porte d’entrée pourrait représenter pour vous. Je m’accorde à dire, en fonction de mon sentiment et des tendances que nous sommes plus ou moins d’accord sur certaines de ces choses.

Avant tout, la porte d’entrée de votre logement est ce qui sépare le monde extérieur et votre monde intérieur, c’est elle qui délimite ce qui relève de votre vie privée physique. C’est le premier point important et c’est par lui que tout commence.

Je pense que nous pouvons nous accorder sur un principe simple, même si celui-ci n’est parfois pas facile à accepter. Je ne dirais pas qu’une fois dehors nous jouons un rôle, je ne dis pas qu’une fois sorti de chez soi nous ne sommes plus nous même. Je pense que le monde dans lequel nous vivons nous oblige à avoir un certain comportement, notre travail voudrait que nous portions une certaine tenue et les conventions sociales nous imposent d’une certaine façon d’être ou de paraître d’une certaine manière. Cela ne veut pas dire que nous n’apprécions pas la tenue portée, ou que dire bonjour à son voisin n’est qu’apparence, non. Cela veut simplement dire qu’il peut exister un écart entre ce qui se passe devant et derrière cette porte.

“Ma liberté s’arrête là ou commence celle des autres”. C’est beau et c’est vrai, mais chez moi, il n’y a que moi et chez moi je suis libre. Libre de ne pas respecter les conventions sociales, mieux encore, je n’ai pas à les affronter. Je n’ai pas à porter la tenue ou me maquiller. Bien évidement je ne mets pas la musique à fond à 3h du matin, j’ai quand même des voisins (quoi que, l’isolation phon….).

C’est quelque chose d’assez simple à comprendre et cela ne mérite pas forcément de s’y attarder, mais c’est tout de même important car dès que vous avez pris conscience de l’importance de cette porte et de ce qu’elle représente par rapport aux autres alors vous prendrez le temps de bien la choisir.

La suite est assez simple aussi, nous pouvons facilement être d’accord pour dire qu’il est important de protéger son intimité ? Je pense que comme tout le monde que vous fermez votre porte quand vous sortez de chez vous ? Vous ne laissez pas n’importe qui rentrer chez vous ou bien si un inconnu vous demande les clés de votre logement vous ne lui les donnez pas ? Encore une fois, il y a bien une raison. Bon, premièrement, c’est un inconnu, mais surtout, c’est votre vie privée, vous y gardez les choses importantes de votre vie. Votre monde personnel et votre intimité sont donc protégés par cette fameuse porte. Elle est la limite, il faut donc bien la choisir.

Par où commencer ?

Tout commence par comprendre que cela va vous couter cher. Tout le monde n’a pas forcément les mêmes moyens, mais le prix d’une porte ne se fait pas à la tête du client. Le mot “cher” est aussi relatif, cela reste un investissement. Ce qu’il faut absolument comprendre c’est que lorsque vous achetez une porte vous n’achetez pas un fruit ou un vêtement. La porte d’entrée est plus comparable à une voiture (parfois pour son prix) qu’à un ordinateur. Ce sont ses options, ses propriétés thermiques, phonique et même esthétique qui en font ce qu’elle est surtout ce qu’elle peut être en fonction de votre choix.

J’aimerais finir cette mini introduction par vous rappeler qu’une porte blindée est devenu un standard de l’équipement, au même moment ou j’écris ces lignes je lis dans les journaux que l’insécurité à Paris a augmenté (toutes catégories confondues, dans l’ensemble de la capitale) de 15% au minimum. Il y a donc de grande chance que vous investissiez sur une porte dans le cadre de vos travaux de rénovation ou d’optimisation thermique de votre logement. Cet investissement se fera pour les 10, 20 voir 30 années à venir. Prenez donc le temps de comprendre et de bien choisir.

Je catégorise pour mieux m’expliquer. Sans ordre précis, ce sont les options possibles lorsque vous devez choisir votre porte. Elles ont chacune leurs importances.

Résistance thermique

La résistance thermique d’une porte est calculé par son Ud. Le U pour la nature du coefficient et le D pour “door”, porte en anglais. L’Ud c’est donc la mesure d’isolation thermique de la porte ; c’est un calcul de l’énergie qui passe à travers la porte mesurée en watt par mètre carré Kelvin. Plus l’Ud est faible, mieux votre porte est isolée.

Il y a un point important à comprendre (c’est un peu la petite ligne en bas du contrat), l’Ud peut être calculé sur la porte, le bâti ou l’ensemble. Avoir une porte avec un Ud faible ne veut pas forcément dire que l’ensemble est isolé. Quel Ud faut-il avoir pour que votre porte soit résistante thermiquement ? Le crédit d’impôt pour la transition énergétique dispose d’un classement :

Je ne sais pas si celui-ci guide les fabricants (Hahahaha) mais visiblement les portes proposées chez mes fournisseurs sont en dessous des 1,8.

Un dernier point très important sur l’isolation de votre porte. Comme expliqué plus haut l’isolation doit être calculée pour l’ensemble et pas uniquement sur la porte. Le pont thermique est l’ennemi n°1 sur votre porte. Même si votre fabricant se casse la tête à bourrer d’isolant votre porte si celle-ci n’est pas jointée correctement avec le bâti… La résistance finale sera bien inférieure à ce qui sera vendu. Il est donc ultra important d’avoir un joint de calfeutrage à la hauteur pour isoler le vide entre votre bâti et votre porte.

Le joint de calfeutrage

C’est l’isolant entre votre bâti et votre porte. Pour mieux comprendre un peu d’anatomie s’impose.

Feuillure simple

Feuillure double

Double porte

Sur les photos ci-dessus vous pouvez voir les différents types de feuillure qui existent sur le marché. Dans la majorité des cas on vous proposera une porte avec une feuillure simple. Même si la double feuillure augmente la difficulté pour l’air de passer, l’utilisation d’un joint de calfeutrage solutionne le problème sur les portes à simple feuillure.

Joint à coller ou encastré ?

Clairement, le plus important est d’avoir des joints, comment celui-ci est appliqué n’est que sa résistance dans le temps. Si j’avais à choisir je prendrais une porte avec des joints intégrés dans la feuillure. Ci-dessous la différence en plan des deux possibilités.

Joint collé
Joint encastré

La différence est que lors de la fabrication, le fabricant de la porte aura pris l’épaisseur du joint en considération. La pièce métallique (ou en bois) qui sera en façade sera créée de façon à recevoir le joint sans avoir à régler la porte. C’est la garantie d’un joint bien posé. Dans le cas où vous collez le joint, la porte et le bâti ne sont pas calculés pour recevoir ces quelques millimètres de joint. Il faut donc revoir les alignements avec les gâches de votre serrure. Avec des joints posés / collés, vous avec de grande chance de devoir forcer sur votre clé pour ouvrir votre porte.

Résistance phonique / acoustique

Les fabricants nous font profiter des avancées technologiques très rapidement et aujourd’hui la quasi-totalité d’entre eux proposent des portes avec une résistance acoustique. Exprimée en dB (décibel) c’est le coefficient d’affaiblissement acoustique RW. Pour faire simple, plus le coef RW est élevé plus performante est votre porte.

Pas beaucoup de fabricant ne communique sur ces valeurs, je pense que pas beaucoup ne les font tester pour cette résistance-là. Cela reste un point important dans une copropriété. Si vous achetez une nouvelle porte alors je vous conseillerais au minimum une porte avec un RW de plus de 40… Les portes achetées chez mes fournisseurs sont livrées entre -42 à -47db.

Résistance mécanique

J’en parle beaucoup sur le blog, mais se répéter dans ce cas les n’est jamais assez. J’analyse divers points dans cette catégorie, mais les fabricants se basent sur 1 critère (2 variables) pour mesurer le niveau de résistance mécanique.

La serrure

Avant tout, lorsque vous achèterez une porte vous aurez le choix entre une serrure encastrée (à larder, à mortaiser) ou bien une serrure en applique. La différence n’est qu’esthétique et fonctionnelle lors des SAV. L’une sera encastrée dans la porte l’autre sera posé par-dessus.

Pour bien choisir sa serrure il faut respecter quelques règles. En fait, une seule règle est vraiment à respecter, la règle imposée par votre assurance. Dans tous les contrats d’assurance on vous demandera un minimum de sécurité pour protéger votre logement afin d’être couvert par les garanties vol. Avec un peu de lecture ont se rend rapidement compte que le respect de la certification A2P s’impose; même si les assureurs prétendent demander au minimum 2 points de fermetures sans certification il est préférable de respecter cette certification qui n’engendrera dans la majeure partie des cas aucun surplus de coûts. Cela veut simplement dire que lorsque vous achetez votre porte, vous devriez demander une serrure avec la certification minimum A2P 1 étoile.

Les paumelles

Vous n’aurez pas forcément le choix entre plusieurs paumelles lors de l’achat d’une porte blindée. C’est un peu comme l’épaisseur de l’acier utilisé. Peu de contrôle à ce niveau-là. À défaut de vous donner le choix entre plusieurs modèles je vous donne un conseil sur le minimum à avoir. Si la porte que vous allez choisir chez le fabricant n’a pas au moins ces capacités-là au niveau des paumelles alors passez votre chemin.

  • Minimum 4 paumelles : Une porte en acier fait au moins 80kg et peut aller jusqu’à 120 ou 130kg. À 3 paumelles vous n’irez pas loin.
  • Hauteur : Minimum 100mm, au mieux 140mm. C’est un minimum pour garantir la force appliquée avec le poids de votre porte.
  • Rondelles : À billes, oubliez le laiton ou les paumelles sans rondelles. Les rondelles à billes garantissent l’ouverture sans friction et la répartition du poids sur les paumelles lors de l’ouverture et de la fermeture.

Les protèges paumelles

Ces petits éléments sont soudés lorsque vous achetez une porte blindée, ils sont installés lorsque vous la faites blinder. Lorsque qu’un cambriolage aura lieu, le cambrioleur tentera de casser votre porte d’un des deux côtés possibles. Soit côté serrure soit côté paumelle. Les protège paumelles renforcent vos paumelles en insérant dans le bâti, lorsque votre porte est fermée, des tiges d’environs 1 centimètre de diamètre. Ce sont des points de fermeture mécanique supplémentaires pour renforcer le côté opposé de votre serrure. Ci-dessous le produit et une représentation graphique de son action.

C’est une pièce ronde en acier d’environ 4 à 5 centimètres de longueur avec un diamètre d’environs 13mm. La porte est percée avec un trou un peu plus petit et la pièce y est insérée à la moitié.

Sur l’huisserie, un trou un peu plus gros est fait pour y insérer une rosace en acier. Lorsque la porte se ferme la pièce en acier vient s’insérer dans le bâti créant un point de fixation supplémentaire pour protéger les paumelles de votre porte.

Il y a autant de protéger paumelles que de paumelles

Les béquilles

Le choix de votre poignée se fera en fonction de son utilité. La première fonction de votre poignée, dans la théorie, sera d’ouvrir et de fermer votre porte. C’est elle que vous prendrez en main à l’entrée et à la sortie. Aujourd’hui, avec l’augmentation constante des cambriolages, la poignée peut avoir une autre fonction. Les poignées peuvent être blindées et protéger votre cylindre si celui qui sera livré avec votre porte ne possède pas de protecteur.

Pour la choisir vous devez en premier lieu savoir si le cylindre de votre porte est protégé par un protecteur. Si celui l’est alors pas besoin de poignée blindée. S’il ne l’est pas alors vous devriez choisir une poignée blindée qui protègera votre cylindre.

Une fois que vous savez si celle-ci sera blindée ou pas vous devrez choisir sur sa capacité à ouvrir votre porte de l’extérieur ou pas. Aujourd’hui les poignées sont vendues en mode “palière” ou “double béquille”.

Poignée palière : La poignée n’est qu’un élément que vous tirerez pour claquer votre porte. Pas sympa si vous avez oublié vos clés à l’intérieur vous ne pourrez pas rentrer chez vous, car elle ne se baisse pas.

Double béquille : La poignée est la même à l’intérieur et à l’extérieur, c’est une double béquille. Elle à l’avantage de vous permettre de rentrer et sortir de chez vous sans avoir à utiliser la clé si votre porte n’est pas fermée à clé. En revanche quand vous partez bosser, claquer sa porte ne suffira pas ! Il faudra forcément la fermer à clé, si vous avez oublié alors votre logement se transformera en moulin.

Le cylindre

Je pense en avoir suffisamment parlé jusque-là, mais un peu de répétition ne fait pas vraiment de mal. Mon article sur les cylindres de sécurité est assez détaillé et je vous invite sincèrement à le lire, car le cylindre est souvent, pour ne pas dire tout le temps négligé. En fait, au-delà du cylindre de sécurité il y a surtout le type de cylindre. C’est une question d’ergonomie, le cylindre contrôle votre facilité et rapidité à rentrer chez vous. Je suis très certainement rigide psychologiquement, mais je ne vois rien de plus horrible que de lutter avec sa serrure pour rentrer chez soi.

Encore une fois, j’en ai déjà parlé, mais pour faire court je dirais simplement que le cylindre de nos jours n’est pas un élément de sécurité lambda, son format, qu’il soit européen, rond ou monobloc fait sa différence. L’application des certifications A2P lorsque il est couplé à une serrure de la même certification est tout aussi important. Le respect de la norme NF EN 1303 n’est pas à prendre à la légère et la reproductibilité des clés est selon moi le premier critère de choix, peu importe le prix. Je vous invite une fois de plus à lire ces articles pour mieux comprendre ce dans quoi vous vous engagez.

Le seuil

Le seuil de porte est surement l’élément de sécurité sur lequel je me pose le plus de questions. Sa contre-productivité au niveau sécurité est aberrant à quel point il facilite le cambriolage, mais en même temps il augmente considérablement la résistance thermique et phonique de l’ensemble porte / bâti. Sans le seuil de porte vous aurez forcément de l’air sous la porte. J’ai rédigé un article sur la contre-productivité de cet élément ici, mais pour faire court :

Le seuil est souvent livré avec le bâti de votre porte, il fait état de marche, petit retour sur lequel la porte viendra se caler. C’est sur ce retour que sera surement fixé le joint de calfeutrage. En fait, grâce au seuil votre porte ne sera pas entourée de 3 éléments, mais de 4 et elle sera donc scellée une fois fermée.

Le problème du seuil est qu’un retour face à un porte = à un point d’accès pour un pied de biche. Aujourd’hui, aucun fabricant ou fournisseur ne livrent des cornières anti-pince en 4 éléments. Ce sont toujours 3 éléments. Il est impossible de commander une porte avec 4 éléments CAP. En augmentant le niveau de résistance thermique et phonique de votre porte vous baissez le niveau de sécurité de celle-ci. Tous ceci n’est forcément pas définitif, car vous pouvez toujours ajouter un quatrième élément, mais si vous avez choisi une peinture spécifique lors de l’achat de votre porte alors là…

Je rentre dans les détails avec quelques graphiques pour mieux expliquer le problème du seuil de porte dans cet article.

Les options électroniques

Rapide passage sur l’électronique. De base, les fabricants ne proposent pas forcément d’option pour l’ajout de système électronique. À ma connaissance, un seul fabricant propose un clavier codé avec une gâche électrique ou ventouse électromagnétique sur ses portes dédiées à l’habitation et c’est Tordjman Metal.
Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de l’ajout de système électronique sur une porte d’entrée. Aucune certification supplémentaire pour la sécurité ne sera donné par les organismes certificateurs donc pour moi aucune valeur ajoutée. L’option existe… c’est bon à savoir.

Les cornières anti-pince

J’en parlerais rapidement car un article est dédié au CAP. Le but des cornières anti-pince est de vous protéger contre l’utilisation du pied de biche ou du gros tournevis qui serait inséré entre la porte et le bâti. En faisant levier le cambrioleur pourra force sur la porte soit côté serrure s’il estime que celle-ci est de faible résistance soit côté paumelle si celui-ci estime qu’elles sont sous dimensionnées. Les CAP sont en mon sens une option obligatoire pour la protection de votre serrure et si vous voulez en savoir plus et même voir des graphiques c’est par ici.

L’esthétique

Moulures

Très souvent en options, les fabricants peuvent vous proposer des moulures décoratives sur votre porte, à l’intérieur ou à l’extérieur ou les deux. Elles coûtent souvent cher pour de simple moulures. Dans le cas où vous ne feriez pas peindre votre porte directement en usine (voir le paragraphe suivant) je vous conseille d’acheter et poser vos moulures vous-mêmes. Des moulures en 3 éléments sur 2 faces vous couteront une trentaine d’euros. Avec un peu d’effort et peu d’outils ce sera dix fois moins cher!

Peinture

Elle sera différente d’une porte à l’autre, du bois au métal. La porte blindée est généralement fabriquée en métal, la peinture sera alors en époxy. Un thermolaquage en poudre qui sera en suite cuit au four à 180 degrés. Pour le coup, la qualité sera au rendez-vous. Le vrai avantage est que les fabricants vous proposeront une centaine de coloris différents et même le RAL de votre choix pour quelques euros en plus. Vous pouvez aussi vous faire livrer votre porte en après-gris, base sur laquelle votre peintre pour appliquer sa couleur.

Certains fabricants proposent un sablage polyzinc. C’est un primaire avant la peinture qui donne un effet granuleux et qui protège votre porte contre la rouille. Je la propose à mes clients uniquement si leur porte donne directement sur l’extérieur.

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *